Fem’Bots

focus on fembotsPour continuer nos dossiers, après les stéréotypes féminins geek et les cyber-héroïnes, voici une revue des androides, humaines robotisées et cyborg(e?)s connues.

Tout d’abord, une explication sur les deux termes clés de cet article : quelle est la distinction entre un cyborg et un androïde? Il semblerait qu’à la différence de l’androïde, robot conçu de toutes pièces à qui l’on donne une apparence humaine, le cyborg est un humain « optimisé » physiquement ou intellectuellement par des apports cybernétiques. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains cyborgs ont des traits moins humains (ex : Robocop) que les androïdes (ex : les Replicants de Blade runner).

Arcee (Transformers)
« Dans les comics Marvel, Arcee n’existait originellement pas, les Transformers étant une race asexuée dans cette version. Cependant, comme les Autobots se réfèraient entre eux par « il », des féministes les accusèrent de sexisme.

Après avoir vainement tenté d’expliquer que le sexisme n’était même pas quelque chose de compréhensible pour une race dépourvue de genre comme eux, les Autobots eurent l’idée de créer une Autobot avec une apparence et une personnalité féminine pour prouver qu’ils n’étaient pas sexistes. A leur surprise, les féministes n’en furent que plus enragées, et Optimus en déduisit que cette idée avait été stupide, mais accepta Arcee comme un soldat efficace. » source Wikipedia.
Arcee est aussi citée dans mon article Transforma’girls.
.
.

Major Kusanagi (Ghost In The Shell)
Personnage principal de cette épopée à la fois déclinée en film, manga, et longs métrages. Dans le premier opus vidéo, elle dirige son équipe contre un cyber terroriste, le puppet master. Cyborg presqu’entièrement modifiée, ses aventures l’amènent à se poser des questions existentielles : où s’arrête la maîtrise de l’âme sur un cerveau amélioré, suis-je vraiment humaine? Une belle réflexion philosophique sur la relation humain/machine, thème que l’on retrouve dans l’oeuvre de Masamune Shirow, entrainée par ses super et cyber héroïnes.
.
.
.
.
.
.
.
.

Gally de Gunnm
Manga et Fem’bots font décidément bon ménage et l’on ne s’étonnera pas que les filles soient aussi nombreuses à la Japan Expo !
Tout commence bien dans cette histoire : Gally est une tête, enfin, un reste d’androïde, que le docteur Ido découvre dans une décharge. Il lui redonne corps et l’adopte comme son enfant.
Mais très vite, tout bascule et elle se transforme en véritable arme de guerre, révélant des capacités de combat inégalées.
Et la saga prend son ampleur lorsque l’on voit la beauté des mouvements que l’auteur, Yukito Kishiro, pose en opposition avec la violence des scènes.
On y découvre aussi le motor-ball, sport agressif se pratiquant sur une piste fermée, référence au film d’anticipation éponyme de 1975.
.
.
.
.
.

Arale de Dctr Slump
Avec sa bouille adorable et ses facéties démesurées, on oublie parfois qu’Arale n’est pas une super-humaine mais un robot créé par son ‘père’ le Docteur Sembeï Norimaki.
Elle reste pourtant une enfant au caractère ludique et étourdi, ce qui en fait un personnage attendrissant.
Elle fera quelques apparitions dans le manga du même auteur Akira Toriyama, Dragon Ball.
.
.
.
.
.
.

Chii de Chobits
Bien qu’elle apparaisse dans un shojo sentimental, Chii (nommée ainsi par son « propriétaire » car c’est le seul bruit qu’elle émet) est un personnage assez original dans l’histoire des robots, car elle est présentée comme un ordinateur personnel humanoïde.
Le concept est intéressant car il suggère l’appartenance et la personnalisation du robot en tant qu’outil quotidien. En effet, traditionnellement, soit le cyborg a sa personnalité propre et donc indépendante, soit à l’opposé il a un rôle à accomplir sans distinction de la personne avec laquelle il interagit.
.
.

.
.
.
.
.

Armitage Naomi
Androïde inspecteur de police, Armitage se décline sous différentes facettes : enfantine, fatale, déterminée, sexy, amoureuse … Considérée comme icône cyber-punk, rebelle et efficace, elle cultive la provoc’ et le charme, avec un charisme étonnant pour une « machine ». C’est une de mes androïdes favorites, elle finit d’ailleurs par tomber amoureuse de son partenaire humain, et a même un enfant.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Robots (All is full of love, clip de Björk)
Je n’ai pas trouvé si ces fem’bots ont un nom … Clones de Björk dans le clip All Is Full Of Love de Chris Cunningham (très connu pour ses clips d’Aphex Twin), elles prennent vie dans une scène saphique complètement métaphorique. Impertinent à la fois car ce sont des robots (y’a-t-il d’autres scènes de sexe entre machines connues?), mais aussi car toutes deux l’image d’une même personne, l’auteur pousse la réflexion « tout est amour » à son paroxysme.
.
.
.

Pour la publicité d’un rasoir Philips est récemment apparue une androïde plutôt bien réalisée. Peu d’infos sur cette mini-apparition, si ce n’est ce demo reel d’Olivier Martiny qui montre une partie du making-of du spot TV.
.
.
.
.
.
.
.

Call d’Alien : la résurrection
Une troupe de mercenaires arrive sur la station orbitale Auriga et retrouve Ripley l’héroïne bien connue de la saga. Parmi eux, Call, interprétée par Winona Ryder, qui cache son identité de robot derrière une attitude et des traits humains. Ripley ayant été trahie par le robot Bishop dans le 1er opus (de la quadrilogie), elle n’accepte pas la présence de Call. C’est pourtant par son dévouement pour l’humain en général et son implication dans sa mission que celle ci réussira à s’accorder la confiance de Ripley.
.
.
.

T X de Terminator 3, le soulèvement des machines
John Connor se retrouve (encore) poursuivi par des androïdes, mais cette fois ci, pas des moindres. Le T X est d’une nouvelle génération, quasi invulnérable, et très méchant. Ou plutôt méchante, car il apparaît dans le film sous les traits Kristanna Loken, ex-mannequin. Oui, ça fait plaisir de voir un robot ‘femelle’ (qui prend la forme humaine qu’il souhaite du moment qu’elle reste adaptée à sa carrure) aussi puissante dans un film; un bémol toutefois, ce robot représenté par une femme semble surtout un choix commercial afin d’apporter, dans ce 3ème volet, un changement à l’éternel combat de machines type « gros bonhomme rempli de testostérone » entre elles. Elle laissera de toute façon la part belle au héros interprété encore et toujours par les muscles d’Arnold Schwarzenneger.
.
.

Super Jaimie
A
ncienne championne de tennis et sportive de haut niveau, ses liens étroits avec Steve Austin (l’homme qui valait trois milliards) lui sauvent la mise après une mauvaise chute en parachute. Il fait greffer à Jaimie un bras, deux jambes et une oreille bioniques. Ses capacités physiques ainsi optimisées, Jaimie devient une super agent pour le compte de l’OSI.
.
.
.
.
.
.
.
.

Les Replicantes de Blade Runner
Les réplicants sont des androïdes créés à des fins de remplacement de l’Homme dans les tâches ingrates et dangereuses ou en tant qu’objets de plaisir. Conscients du risque de rébellion, leurs créateurs (la Tyrell Corp.) ont limité leur durée de vie à 4 ou 5 ans. Les Blade Runner sont chargés d’enquêter, trouver et « retirer » (=détruire) les réplicants qui se seraient échappés de leur condition d’esclaves modernes.
Dans cet excellent film, nous rencontrons les réplicantes Zhora et Pris, l’une est une danseuse érotique aussi sensuelle que dangereuse et la deuxième une poupée gonflable « vivante » à « l’âme » d’enfant. La troisième est Rachel, une réplicante qui entraine le Blade Runner de héros, Rick Deckard (Harrison Ford) à se demander si ces androïdes peuvent avoir des sentiments, ce qui l’amènera par la suite à douter de sa propre condition.
.
.
.
.

Maria et Tima de Metropolis (respectivement le film de Fritz Lang 1927, et l’anime de Rintaro 2001)

Le parallèle entre ces deux cybers héroïnes est indéniable. Bien que de caractère sensiblement différents, l’une comme l’autre ont été créées par l’humain pour régner sur les robots comme sur les Hommes.
.
.

Noa de Sky Doll
Cette BD de Barbucci et Canepa conte les aventures de Noa, une poupée dont le possesseur détient la clé qui permet de la remonter (toutes les 33 heures) afin qu’elle puisse continuer à « vivre ». Mais Noa est différente de ses comparses, elle rêve et se souvient de choses qu’elle n’est pas censée avoir vécue.
.
.
.
.
.
.

Galaxina du film éponyme
Incarnée par une actrice playmate, Galaxina est une androïde guerrière qui développe des sentiments et tombe amoureuse du pilote de son vaisseau spatial. Un film parodique des années 80, à découvrir dans notre filmographie geek.

12 commentaires

  1. Galaxina rajoutée!Voici "Cyborg She / Boku no kanodjo wa saibogu" désormais listé dans notre liste de films geeks [http://geekygirlinmotion.blogspot.com/2010/01/filmographie-geek.html], mais le perso robot féminin n'est à mon avis pas assez marqué en terme de personnalité (elle n'a même pas de nom) pour que je puisse l'intégrer ici. @Mister K., quelques détails sur les persos d'AD Police et/ou la Reine des Borgs? Je peux intégrer ta description à l'article éventuellement ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s