III.2 Le temps des Dieux

Chapitre 3

Le temps des Dieux

Le monde subissait lui aussi des changements. Bientôt les guildes purent prendre en leur nom propre les forts, annonçant cette victoire aux quatres coins du royaume et attisant les rivalités. La magie se modifia brusqument et les enchantements changèrent d’aspect, au plus grand étonnement de tous, tandis qu’une antre de monstre est découverte: les terres souterraines des Enfers connues sous le nom de « Darkness Falls ». Peuplé de démons, diablotins et autres créatures infernales, Darkness Falls est un immense Royaume souterrain dirigé par le Démon Majeur Legion.
Comme si soudain les enfers avaient décidé de s’ouvrir pour assouvir la soif de sang des Dieux. Il fallait passer par un portail pour s’y rendre, et tous les royaumes pouvaient y aller. D’interminables batailles régnaient dans ces lieux sombres, humides et propices aux embuscades.
De nouvelles races de monstres aussi apparaissaient. L’érudite Neraia s’est penchée sur l’apparition des fées:
« Les fées (Faeries) jouent un grand rôle.
Les fées rassemblent quasiment tout ce qui est créatures non-humaines, a part les elfes, les nains, les gnomes et les pixies. Des exemples de fees seraitent les brownies, les phooka, les Fir Darrig, Leprachauns, Bendith Y Mamau et bien d’autres.La noblesse des ces fees est appelee la seelie court.
La unseelie court regroupe la categorie des fees solitaires. Ces dernieres peuvent etre bonnes, ennervantes, mauvaises ou mortelles suivant la fée en question. Les membres les plus sombres de la unseelie court ont par contre profondement marque l’esprit des gens, car en général la unseelie court est associée avec les fées mauvaises et malicieuses, dont il est dit qu’un certain nombre d’entre elles ont un aspect monstrueux et des pouvoirs fantastiques.
Je pense donc que ces créatures se trouvent sur le territoire de nos ennemis, soit en Albion soit en Hibernia, soit les deux car elles font partie du folklore de ces deux royaumes.
Les créatures les plus souvent associées avec la unseelie court sont les Sluagh des highlands, morts non-sanctifiés qui volent au dessus de terres, enlevant des humains et qui prennent plaisir a leur faire du mal.
Autres creatures associes sont les bonnets rouges (redcaps) créatures assoifées de sang et cannibales ( en fait elle mangent tout ce qui passe sous leurs dents). »

Des tensions à l’intérieur même du pays apparaissent, et certains guerriers se découragent devant les difficultés à surmonter. D’autres combattent jusqu’à épuisement pour contourner les trahisons ennemies, comme le décrit Faille lors d’un repas, levé de mauvaise humeur après les évènements de la veille.

« Hier soir, Midgard a été humilié. Tous nos forts sont tombés entre de sales mains.
Des mains vicieuses et perfides car elles ont détourné les rêgles d’honneur des combats.
En effet, Midgard etait seul hier soir, face a une attaque concertée d’Albion et Hibernia. « Concertée » oui, car il ne fait aucun doute qu’il y a eu alliance contre nous.
Hibernia et Albion ne se sont jamais croisés et nous ont même pris en sandwitch.

Voila comment j’ai vécu les choses de l’intérieur.
Plusieurs forts étaient deja tombés alors que la nuit était bien avancée quand une défense s’organisa. Nos troupes ont pu reprendre Glenlock et Hlidskialf pour être ensuite litéralement terrassées aux portes de Nottmoor.
Le temps de se réorganiser et l’ennemi avait fait sont oeuvre : il ne restait qu’un seul fort a Yggdra Forest. Nous décidames de ne point protéger le fort mais plutot de se regrouper a Grallarhorn pour protéger la relique du sud. Le jeu de patience a commencé ici. Certains ont craqués, les nerfs ont lachés et la mort les a rattrapés lorsque ils ont voulu reprendre les forts.
La tension était a son maximum lorsque les rumeur d’attaque de Svasud Faste sont parvenues a nos oreilles. Hibernia ou Albion (mettons les dans le même panier) ont fait un carnage empéchant les renforts venant du nord de Midgard de passer.
L’heure tardive jouant, certains braves sont allé se coucher. Nous sommes restés une trentaine, peut être quarante devant les portes de Grallarhorn.
L’attaque de Uppland n’était en fait qu’une diversion. Albion était désormais en face de nous. La défense fut apre et rude mais nous avons tenu. A 1h30 du matin, il n’y avait plus un seul Albionais debout. La longue marche pour reconquerir nos biens pouvait commencer.
Je suis tombé au pied de Arvakr à 2 heures du matin, nous avions déjà repris Glenlock.

Midgard est fort.
Les jours qui suivent vont être déterminants.
Soyez présent. « 

De nombreux endroits du pays s’embrasèrent sous les assauts des ennemis, convaincus de devoir civiliser les terres dites ‘sombres’ de Midgard. Près des frontières, le moindre hameau était source de guerres, point stratégique à défendre ou acquérir, au dépend des habitants, ignorés dans cette recherche conquérante.
La guerre fît beaucoup de victimes.

* * *

Missive.
« Farouches combattantes,
Je me nomme Groumph et suis un ami d’une de vos soeurs, Slayanya. J’ai su que depuis quelques temps que Slay était partie en retraite spirituelle. J’ai alors décidé de me mettre à sa recherche pour lui demander conseil.
Après maintes aller-venus dans tout Midgard, je découvris enfin son lieu de recueillement:
les montagnes de Jamtland.
J’ai entendu dire qu’un petit groupe d’adeptes d’Eir s’y était isolé. Pourquoi? Je n’en sais rien.

Je me décidé donc d’aller rendre visite à cette amie qui m’avait guidé dans mes premiers pas. La route fut terriblement dangereuse, entre les ours des montagnes, les morts relevés par une magie occulte, les adversaires de notre royaumes qui se croient chez eux dans nos terres,… les dangers furent multiples.
A l’aube de cette matinée d’automne, j’arrivais enfin au lieu dit. je poussai mon fidèle poney afin de lui faire hâter le pas, il me tardait de trouver un bon feu.
Pourquoi ai-je pensé feu? Aucune idée.
Mais lorsque je passais le dernier col, je restait figé. Je découvris les restes d’unhameau. Une maison n’avait plus de toit, ses murs étaient percés par l’impact de rochers. De ses fenêtres de la fumée blanchâtre s’en échappait lentement. L’autre maison n’avait rien a envier à la première. Un pan entier manquait, des flammes étaient encore visible à l’intérieure.
A quelques pas de là je distinguais un monticule. J’obligeais mon poney à repartir, il fallait absolument que je découvre ce qui c’était passé.
En me rapprochant, je pus remarquer des tâches sombres dans la neige: du sang.

Je fouillais le maison mais ne découvrit aucun corps. C’est alors que je réalisais ce qu’était le monticule: une fosse commune.

A cet instant, un craquement derrière moi se fit entendre. Vif comme l’éclair, je me retournais pour faire fasse à un éventuel ennemi.
A ma grande surprise, il s’agissait d’une grande Trollesse en haillons. Elle brandissait une grosse masse au dessus de sa tête. Nous nous fîmes fasse pendant quelques secondes qui durèrent des heures.
Tout d’un coup, elle bascula et s’étala de tout son long dans la neige. Je me précipitai pour l’aider et la retournais. Ses forces étaient en train de s’amoindrir.
« Que s’est il passé? » Lui demandais-je.
Elle me regarda d’un air terrifié et me répondit:
« Les.. les .. elfes nous ont attaqués, ils…. ont découvert notre campement. Ils ont… massacrés tous les hommes. J’ai pu m’enfuir et me cacher dans les bois…. Ils ont pris toutes les femmes avec eux, ils les ont enchainés et fouettés. »
« Une Vicking du nom de Slayanya se trouvait elle ici? C’est une dévouée de Wotan. »
« Oui… ils l’ont emmené avec eux aussi. On a essayé de se défendre, mais la surprise était totale. Quand je suis sorti de ma cachette, j’ai enterré les morts, mais un elfe camouflé en arbuste m’a vu et chassé. Faites attention, il n’est pas loin ».
C’est alors que je vis la flèche que la Trollesse avait dans le dos.
« Tenez bon, je vais vous remenez, on va vous soigner. »

J’eu à peine le temps de dire cela qu’un flèche vint se planter dans le coeur de la femme-pierre.
Puis une nuée de projectile vinrent se planter à côté de moi, mais je fus touché au bras. Je cherchais l’ennemi, mais n’arrivais pas à le distinguer. Une seconde nuée de flèche me fit reculer, mon bouclier en défense je pus reculer jusqu’à mon poney, l’enfourcher et partir au galop prévenir de l’aide.

J’ai pu revenir à Jordheim et je viens donc vous prévenir que votre soeur a été enlevé par ces fils d’arbres de marais.
Je repars de suite à sa recherche qu’Eir me vienne en aide.

Groumph, guerrier dévoué »

Malgré les expéditions tentées, la Vierge ne fût jamais retrouvée.
Ce fût la première à disparaître, certainement sous le joug des ennemis, et les Soeurs mirent beaucoup de temps à l’accepter. Jour après jour, missives après missives, elle attendirent des nouvelles de Slayanya pendant de longues lunes, payant au prix fort des informateurs infiltrés pour tenter de retrouver une trace.
Rien ne leur donnait d’espoir.
Un jour, Neraia, quidepuis son enfance, était particulièrement attachée, à Slay, vint dans la grande cour où tous étaient réunis. Elle avait pris une poudre blanche et traça un grand cercle au milieu d’elles. Pose une bougie en son centre, l’allume et s’agenouille, invitant en tendant les mains ses Soeurs à fermer le cercle.
Elle prononça quelques mots, la gorge serrée d’émotion, et elles parlèrent durant le reste de la nuit de leur Soeur disparue, réchauffant son souvenir de leurs coeurs émus et liés, riant parfois, pleurant aussi, dans un recueillement commun.
Au lever du Soleil, les Vierges de Wotan se levèrent d’un même élan et, tournant leurs visage vers la lumière, eurent une pensée profonde pour celle qui resterait dans leur coeur.

* * *

Tandis que sa fille rejoint une fratrie, Islidnna obtient le titre honorique de Vikty de la guilde, chargée d’officer les rituels et cérémonies. Devenue depuis quelques années totalement pacifiste, elle trouve ainsi sa place au sein de la communauté, rassurée depuis l’annonce officielle de l’existence de Lili, et la sachant aux côtés de son autre famille. Un jeune disciple l’a rejointe pour l’aider dans son commerce et apprendre à ses côtés les arts des Runes. Il se nomme Gedribaen.

 » Il n’y a pas Une interprétation des runes.
Il n’y a pas Une méthode pour les lire.

Le véritable runiste est celui qui se laisse inspirer par la rune et qui développe sa propre méthode.

La véritable signification est dans l’Âme du Vitki (runiste); les runes sont des symboles permettant de faire jaillir une interprétation de la source de toute mémoire. Le Vitki, en utilisant les runes, s’approche du niveau (godhi /gydhja) prêtre ou prêtresse, personne chargée de négocier avec les Dieux et médiums entre le monde des Dieux et celui des hommes (Midhgardhr). « 

« Je commence aujourd’hui mon apprentissage pratique des Runes.
Dame Isli m’y a poussé en me faisant rencontrer une autre myste, comme moi apprentie Runemaster, nommée Psylviann.

Si je n’ai plus seulement la tête à mes cours théoriques, en plus de m’occuper de la boutique, je dois commencer à prendre des notes…

(je grifonne ceci à la hâte car Psylviann m’attend, mais je pense que cela pourra aussi l’intéresser, ainsi que quiconque souhaite comprendre cette science)

Islidnna me permet d’assister à un de ses rituels devenus quotidiens depuis qu’elle semble si malade, je me rends avec elle sur une île où il y a un menhir.
Elle trace à ses pieds des Runes, et, à genoux, prend contre son coeur un superbe joyau que je n’avais jamais vu.
Devant elle, un puissant symbole, Manu, la Rune qui ouvre le ‘troisième oeuil’ dit-on.
A sa gauche, Os, ou Ansuz. Cette Rune permet d’acquérir la sagesse, et de bannir la mort et la peur par la connaissance, mais aussi d’accroître les pouvoirs ‘magiques’ -le terme n’est pas exact- de celui qui l’invoque.
A sa droite, la Rune qui facilite le voyage à travers les mondes. Elle me dit que les fois d’avant, elle utilisait Lagu, la Rune qui guide à travers les épreuves initiatiques. Mais cela ne semble pas être la bonne, donc elle l’a remplacée par Ehwis.

Durant toute la durée de son voyage, elle reste concentrée, les yeux fermés et psalmodie d’étranges litanies que je ne comprends pas. Je vois que ce rituel est très fatiguant, et me tiens non loin pour la soutenir.
Au bout d’un moment, un symbole apparait sur la pierre dressée devant nous. Je reconnais Eoth. C’est la Rune dont on se sert pour se libérer de la peur de la mort et se souvenir des existences passées. Elle est le symbole d’une résurection et d’obstacles que l’on pourra surmonter, mais aussi d’instabilité émotionelle.
Dame Islidnna s’est relevée, et souffle sur le sol pour faire disparaitre les dessins.
Je la laisse souriante devant l’horizon, ses yeux semblent avoir repris un peu d’éclat. « Un premier contact… » dit-elle, « Il faut persévérer ».

Je dois maintenant me dépêcher. Les secrets de la pratique des Runes divinatoire mais aussi au combat semblent s’ouvrir à moi. Mais je pense être loin de comprendre encore les pensées profondes de la petite Dame qui m’enseigne…

Gedribaen,
Myste apprenti RuneMaster. »

* * *
Une personne seule dans la guilde semble se courber sous le poids des épreuves, chaque jour un peu plus distante.
Brynhild,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s