I had a dream

Après des années à parcourir le web comme un jardin d’Éden miraculeux, après avoir assisté à l’élaboration des premiers sites français, à l’épanouissement des LANS parties, à celle des blogs, des réseaux sociaux, du micro-blogging, du streaming, du peer-to-peer, et autres pratiques désormais traditionnelles pour toute personne s’approchant un peu de notre sphère commutée favorite, soudain,
je me réveille.

2032, les yeux encore fatigués par ma nuit, les geste tâtonnants pour trouver du sucre à mettre dans mon café, par habitude je double clique sur le bureau de mon ordinateur et je me penche sur la Sphère. Je consulte Wikipedia, ma boîte mail, quelques sites d’information, et je me souviens avec nostalgie de l’époque où Internet était tellement présent dans ma vie.
Ma fille, qui va désormais avoir 24 ans, passe devant moi et souffle d’un air désespéré, met sa main sur mon épaule.

– « Tu fais quoi Maman? »
– « Et bien, je consulte Internet! »
– « Mais MAMAN! Je t’ai déjà dit, Internet c’est de la propagande, ne va pas là dessus! »
– « Moi j’aime bien Internet… »
Je me lève et me ressers un café. Elle reprend ce monologue déjà tellement entendu, elle qui désormais considère ce média comme du passé, et ses arguments auxquels je ne sais jamais quoi répondre.
– « Écoute Maman, si tu veux de la musique, je t’en donne, mon groupe de partage a tout ce qu’il se fait de plus récent en la matière. Si tu as besoin de parler, je t’achète un i-Comm, tu pourras dialoguer avec le monde entier en vidéo, ou par écrit seulement si tu veux, il n’y a qu’à dicter ce que qu’il va s’écrire. Si tu as besoin d’informations, l’i-Comm fait ça très bien aussi, tu sélectionnes ta région ou le domaine sur lequel tu veux t’informer, et tu as tout ce qu’il faut. Mais arrête avec Internet, ok? ».
– « Ça me perturbe tes trucs sans clavier, tu le sais bien… »

Et c’est repartit…

– « Vous avez tous les doigts bizarre maintenant, à force d’avoir utilisé ces claviers débiles. Il a fallu combien de temps pour mettre en place la reconnaissance vocale, hein? En plus, c’était bourré de fautes d’orthographe, vous avez failli nous bousiller le dictionnaire avec vos abréviations et erreurs de langage. Tu te rends compte quand même que 62% des gens de ta génération ont un niveau de Français inférieur à 30%, tu vois ce que ça représente? »
– « Pas MA génération chérie, celle juste après, entre toi et moi, née dans les années 90… »
– « Et bien heureusement qu’on est arrivés en fait! Un peu plus et vous alliez vous faire lobotomiser par ce réseau de communication gangrené par les multinationales commerciales… »
– « Je sais bien ma belle, mais tu sais à l’époque… »

Puis j’arrête ma phrase en plein milieu. Oui, je me souviens tout à fait des quelques belles années d’internet, lorsque tout était frais et magique, où nous défrichions ces terres inconnues avec l’espoir d’un avenir meilleur. Je me souviens aussi lorsque j’étais adolescente, de l’avènement des radios libres, celles que l’on écoutait sous la couette avec le sourire, avec l’impression de faire une grosse bêtise. Je me souviens même avoir téléphoné pour passer à l’antenne, tremblant d’émotion parce que j’avais le sentiment d’être entendue par la Terre entière. Je me souviens avoir monté ma propre radio pirate, avoir été animatrice sur des antennes locales, et même avoir regardé la télévision pendant la première partie de ma vie. Je me souviens de mes premiers blogs comme de mes premiers fanzines, de mes premières cassettes, de mes premiers CD gravés…
Ma fille elle, ne connaît de tout cela que ce que je savais de la photographie en noir et blanc à son âge : elle sait que cela a existé parce qu’elle l’a appris à l’école.

C‘est dur à admettre, mais je crois bien qu’Internet est en train de mourir. Peut-être pas le réseau en lui même, mais tout simplement ce qu’on en a connu, toi qui lit ce texte, moi qui l’écris, et qui sommes certainement de la même génération à peu de choses près.

Est-il vraiment besoin d’épiloguer sur cet épisode? Je ne crois pas, on arrive au bout du raisonnement.
J’ai déjà commencé à regarder tout cela d’un autre œil, à m’en détacher.
Finalement, ce blog sera exactement ce que je voulais qu’il devienne, depuis le début : un témoignage d’une époque.

Lorsque j’ai commencé à écrire ici, je me suis dit « On vit un truc incroyable, il faut que j’en parle! ».

Puis j’ai passé la phase « Finalement, je ne dis rien d’original, tout le monde en parle désormais, j’ai au moins cette petite fierté personnelle d’avoir été un peu précurseur dans le domaine »

Ensuite cela a été « Ahlalala, ça devient ridicule, tout plein de monde le fait, et beaucoup mieux que moi »

Aujourd’hui, j’ai cette sorte de sentiment que tout est en train de se terminer, bizarrement. En fait, cela suit exactement la courbe d’une fin, mais je n’arrive pas à trouver le terme exact en français : internet « fade away »
Petit à petit, nos espaces se réduisent comme une peau de chagrin, pris en étau entre les interdictions et les imposés, figure de style de plus en plus pénible, et fauchant sur son passage le plaisir à la fois novateur, mais oserais-je dire aussi « interdit », ou désormais « pirate », que nous accordait l’usage de ce réseau merveilleux.

Je ne suis ni blasée, ni résignée, les nouvelles technologies me passionnent et je continuerais à les étudier, et à en regarder les usages de près. Mais il faut bien l’admettre : c’était MIEUX AVANT!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s